Outback Image
Recherche rapide par mot cléAide
Recherche avancée
De la fonte à l’alpage...le chant des clarinesFonderie de cloches Fonderie de clochesFonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de clochesFonderie de cloches Fonderie de clochesFonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de clochesFonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de clochesFonderie de clochesFonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de cloches Clarines du Haut DoubsFonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de clochesFonderie de clochesFonderie de clochesFonderie de clochesFonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de cloches Clarines du Haut DoubsFonderie de clochesFonderie de cloches Fonderie de cloches Fonderie de cloches

De la fonte à l’alpage...le chant des clarines

Artisanat et tradition

Il y a les toupins, au timbre moins harmonieux mais beaucoup plus sonore, attribués à la vache meneuse qui connait bien les pâtures, aux plus fragiles et à celles qui ont la réputation de se perdre. Les clarines, plus belles, sont pour les plus jolies vaches. Ces sonnailles permettent ainsi aux animaux de rester en contact à la nuit tombante ou par brouillard soudain ; et leur propriétaire peut les localiser et les identifier à leur timbre.

En France, pays d’une tradition séculaire, il existe 3 fonderies de cloches d’église et 2 fonderies de cloches pour animaux, toutes 2 en Franche-Comté. La Fonderie Jean Obertino, aujourd’hui dirigée par Yves et Sylviane Obertino, est installée à Morteau, dans le Doubs ; avec 15 tonnes de bronze fondu par an, elle est aujourd’hui une entreprise artisanale prospère de 11 employés, internationalement reconnue.

Chez les Obertino, on est fondeur de père en fils au fil des générations. Originaires du Piémont italien, région de tradition métallurgique, les Obertino furent fondeurs itinérants depuis le tout début du 19e siècle. Sédentaires l’hiver, ils se déplaçaient durant la saison estivale en Italie du Nord, Suisse et France, créant des ateliers provisoires là où l’on avait besoin de leurs services, se spécialisant peu à peu dans la fonte de cloches pour animaux. C’est vers 1850 que cette famille décida de s’établir, en Suisse romande d’abord, puis en France, dans le Doubs, régions à forte tradition de pâturages montagnards, et d’y créer leurs premiers ateliers.

Fabriquer une cloche nécessite maîtrise, rigueur et patience, dans l’élaboration du moule, la fusion et la coulée du bronze ainsi que dans les étapes de finition et la création du collier souvent somptueusement décoré.

Cloches d’appel ou de souvenir, cloches d’alpage ou de concours, les « Obertino » se déclinent dans toutes les tailles, avec motifs et inscriptions personnalisables. Elles voyagent en de lointaines contrées pour une clientèle internationale et carillonnent du printemps à l’automne dans nos massifs montagneux. Objet de luxe et de prestige, une cloche en bronze avec son collier orné représente un véritable patrimoine, trésor choyé des éleveurs de montagne.

© Outback Images : E.Narbaud Mariacher et R.Ravegnani - Texte: E.Narbaud Mariacher

La sélection d'images n’est pas exhaustive, utilisez notre moteur de recherche.

Mots-clés du reportage : BOURRELERIE - CLOCHE - FONDERIE

Retour sur la liste des reportages

Webmaster : Olivier CLEF / Hébergeur : OVH / Charte graphique : typographismes.blogspot.com