Recherche par mots clés

Home / Reportages / Faune / Le mimétisme chez les oiseaux 22

Le mimétisme chez les oiseaux

… ou l’art du camouflage comme moyen de survie

 

Pour échapper aux prédateurs, les oiseaux ont développé l’arme absolue, le vol. Mais pour les espèces passant beaucoup de temps au sol ou dont les petits quittent tôt le nid, mieux vaut ajouter une corde à leur arc défensif : le camouflage. Cette discrétion est surtout l’apanage des femelles, qui doivent couver et élever leur progéniture avec le maximum de tranquillité.

 

 

Les passionnés de la nature savent combien il est difficile d’apercevoir une bécasse au nid. Son plumage se rapproche tant des teintes de la végétation environnante que l’oiseau peut se permettre de ne s’envoler qu’en dernière extrémité. Ce pouvoir d’homochromie représente son passeport pour la survie. En matière de camouflage, le lagopède fait figure d’esthète puisque par trois fois dans l’année il change de plumage (roux, gris, blanc) pour se confondre avec la couleur du sol du moment. Tout aussi artiste dans son genre, le butor étoilé, figé sur son nid, le bec pointé vers le ciel, devient littéralement un roseau parmi les roseaux ! Le mimétisme ne se limite pas au plumage des individus mais s’étend aussi aux œufs. Bien malin celui qui peut discerner les œufs de courlis pondus sur un lichen de même tonalité ou les œufs ocres de la bécasse des bois déposés sur un tapis de feuilles mortes. Et que dire des poussins ; petites boules de duvet à peine sorties de l’œuf, blotties sur le sol, ils demeurent quasiment invisibles;quant au martin-pêcheur il arbore ostensiblement un plumage rutilant…pour rappeler à ses ennemis combien sa chair est peu comestible !

 

© Outback Images : Photos: J-C Chantelat- Martial Colas- Patrice Galvand - Texte: Vincent Labbé