Tradition vieille de quatre siècles, les joutes sétoises

Tourisme et tradition, Sète

 

 

C’est lors de la fête de la Saint-Louis, fête patronale de la ville de Sète, dans l’Hérault, qu’a lieu chaque année, au mois d’août, sur le  grand canal royal qui partage la ville portuaire héraultaise, le grand tournoi nautique de joutes : un évènement sportif et festif haut en couleur qui, chaque été, déplace les foules vers cette authentique cité bordée par la Méditerranée. Là-bas, les jouteurs sont encore plus adulés que les footballeurs et, pour le vainqueur dans la catégorie reine, celle des « poids lourds », l’immortalité est assurée puisque son nom est gravé pour l’éternité sur un pavois dans la salle des joutes du Musée Paul Valéry .

 

Les premières joutes nautiques sétoises datent du 29 juillet 1666, à l’occasion de l’inauguration du port de la ville. Véritable combat nautique, il existe depuis 1941 un Championnat de France et, depuis 1962, une Coupe de France. Si les premières joutes languedociennes ont eu lieu en 1605 à Agde, le combat des jouteurs de Sète reste le plus apprécié des connaisseurs et le plus important de la région, même si la pratique enflamme  plusieurs autres villes de l’Hérault, comme Palavas, Agde déjà citée, Marseillan, Mèze, Balaruc ou Frontignan. Le tournoi de Sète, c’est comme un Championnat du monde que rêvent de remporter les athlètes les plus affûtés.

Le vainqueur doit être désigné dans les règles et celles des joutes sétoises, inspirées de la chevalerie médiévale, n’ont pas changé, avec ses 10 rameurs rouges et 10 rameurs bleus, chaque équipe dans une barque, elle aussi en couleur, avec son barreur et son combattant-jouteur perché à 3 m au-dessus des rameurs sur une plateforme appelée la « tintaine ». Lance, bouclier, pavois… tout rappelle les tournois du Moyen-Age ; les 2 barques, propulsées par la force des rameurs, se croisent –toujours par la droite-, chacun des 2 combattants-jouteurs devant avec sa lance bouter l’adversaire dans l’eau quand les bateaux sont assez proches l’un de l’autre. Le vainqueur de la manche est celui qui reste debout sur sa « tintaine » après l’assaut. Et pour que les joutes soient encore plus belles, deux musiciens, dans chaque embarcation, jouent l’un du hautbois, l’autre du tambour, pour donner aux rameurs une belle cadence au son d’une musique traditionelle.

Les joutes de Sète, pratique ancestrale, sont dans le sang qui coule dans les veines de la ville. Plus qu’une tradition, c’est une véritable institution, aujourd’hui l’évènement incontournable de la vie sétoise. Ne dit-on pas là-bas « N’est pas sétois qui n’a pas jouté » !

 

 

 

© Outback Images : Photos Christian Clausier - Texte Christian Clausier

 

  • Les joutes sétoises Les joutes sétoises
  • 01CENVIR 3A151 CLC13 01CENVIR 3A151 CLC13
  • 01ENVIR 3A151 CLC10 01ENVIR 3A151 CLC10
  • 06CENVIR 1M341 CLC03 06CENVIR 1M341 CLC03
  • 05CENVIR 3A151 CLC09 05CENVIR 3A151 CLC09
  • 04CENVIR 3A151 CLC14 04CENVIR 3A151 CLC14
  • 03CENVIR 3A151 CLC08 03CENVIR 3A151 CLC08
  • 02CENVIR 3A151 CLC16 02CENVIR 3A151 CLC16
  • 05ENVIR 3A151 CLC05 05ENVIR 3A151 CLC05
  • 04ENVIR 3A151 CLC06 04ENVIR 3A151 CLC06
  • 02ENVIR 3A151 CLC15 02ENVIR 3A151 CLC15
  • 03ENVIR 3A151 CLC17 03ENVIR 3A151 CLC17
  • 10ENVIR 1M341 CLC02 10ENVIR 1M341 CLC02
  • 09ENVIR 1M341 CLC04 09ENVIR 1M341 CLC04
  • 08ENVIR 3A151 CLC11 08ENVIR 3A151 CLC11
  • 07ENVIR 3A151 CLC07 07ENVIR 3A151 CLC07
  • 06ENVIR 3A151 CLC12 06ENVIR 3A151 CLC12