Recherche par mots clés

Home / Reportages / Environnement et écologie / Les trognes, maintient et sauvegarde de la biodiversité 54

Les trognes...Maintien et sauvegarde de la biodiversité

 

 

La capacité d'accueil des trognes pour le monde animal et végétal ne cesse d'évoluer et de s'amplifier avec la répétition des tailles. La diversité des cavités, le bois vivant en contact avec celui en décomposition, le grossissement de la tête, les multiples bourrelets de recouvrement sont autant de complications morphologiques propices à des cortèges d'espèces qui font de ces arbres de véritables écosystèmes.

 

Au nid d'une tourterelle édifié sur le sommet d'une jeune trogne peut succéder celui d'une cane colvert ou d'un faucon crécerelle, voire bien plus tard celui d'une cigogne blanche comme c'est le cas sur les têtards de Normandie. Les cavités  forées par les  pics ou celles dues à la pourriture du bois peuvent être colonisées par une multitudes d'espèces depuis les chauves-souris, la genette, le hérisson ou le lapin en passant par le torcol, la huppe ou le pigeon colombin. Les cavités remplies de terreau recèlent des cortèges d'insectes exceptionnels tel que le pique-prune et d'autres coléoptères. Lors des crues, ce sont des  arches de Noé au sein desquelles grimpent  et se réfugient quantité d'animaux. Arbres, arbustes, plantes à fleurs, fougères s'invitent aussi dans les hauteurs de ces arbres à la grâce au terreau où ils germent et développent leurs racines.  La multiplication des trognes accentue ce potentiel d'accueil dont on est loin de connaître toute la richesse.

 

Texte Dominique Mansion pour Outback Images

 

 

© Outback Images : Photos D.Mansion;G.Blondeau;J-C Chantelat;Gilles Leblais;Martial Colas;Claude Guihard;Jean-Paul Gislard;Jean-François Arcanger;Philippe Garguil - Texte Dominique Mansion